L’alimentation ayurvédique mais qu’est-ce que c’est ? Indice : elle est originaire d’Inde et est indissociable de l’Ayurveda. Mais je t’arrête tout de suite ! Si tu imagines qu’elle consiste uniquement à manger indien, tu risques bien d’être surprise. Je te rassure, tu n’es pas la seule à le croire. À chaque fois que je reçois du monde à dîner, tout le monde s’attend à manger un curry et des naans. Mais pas du tout ! Ne sois pas déçue pour autant et fais moi confiance, la cuisine ayurvédique n’en est pas moins pleine de saveurs.

Mais avant de t’expliquer les fondamentaux de cette alimentation, laisse-moi te rappeler pourquoi elle est, à mon sens, si importante. Tout ce qui nous nourrit impacte fortement notre santé et par ricochet, notre humeur, notre bien être et notre esprit. En tant que femme et maman, nous avons besoin d’être toujours à bloc pour nos enfants. Nos chérubins, eux aussi, doivent avoir les meilleures chances de s’épanouir. Et l’Ayurveda est un formidable allié pour y parvenir.

Manger en fonction de son dosha

La médecine ayurvédique et par conséquent la cuisine qui l’accompagne, repose sur trois piliers : les doshas. Pour te résumer simplement la chose, les doshas sont des énergies vitales indépendantes, présentes dans notre organisme. Elles sont responsables du corps humain.

Et malheureusement, ces coquines ont tendance à se dérégler, engendrant des déséquilibres. Il existe 3 doshas : Vata, Pitta et Kapha. Promis, je te prépare un article exclusivement consacré à cette thématique, je ne m’étendrai donc pas démesurément sur le sujet. Mais voici quand même quelques bases.

Vata

Il s’agit ici de faire référence aux influx nerveux. Lorsqu’il est à l’équilibre, Vatta engendre enthousiasme et appétit pour la vie. En excès, il peut provoquer des douleurs, des ballonnements, voire même de la peur. Cela peut également se manifester par de la constipation. Des plats qui tiennent au corps peuvent aider à l’apaiser.

Pitta

Ce dosha fait référence à la transformation. On peut l’assimiler au processus de digestion. S’il est présent de manière excessive, Pitta peut entraîner colère et infections. Il peut même complètement intoxiquer l’organisme. D’un point de vue alimentaire, il est possible de contrôler cet excès en évitant l’acidité et en consommant des légumes verts, par exemple.

Kapha

Il incarne le principe de préservation. Il s’agit donc de l’énergie qui protège le corps humain. Présent en excès dans l’organisme il peut générer de la tristesse, une forme d’apathie ou des mucus par exemple. Une nourriture légère avec des saveurs épicées, peut rétablir l’équilibre.

Bien entendu, chaque dosha représente un profil type et il convient d’étudier chaque individu en profondeur, avant de démarrer un régime ayurvédique. Une personne nerveuse n’aura pas les mêmes besoins qu’une personne présentant un métabolisme lent par exemple.

Retrouver les 6 goûts dans son assiette

Un des fondamentaux de la cuisine ayurvédique est la présence des 6 goûts dans l’assiette. 6 goûts ? Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire me diras-tu ? Très bien, voilà la liste :

  • Sucré
  • Acide
  • Salé
  • Piquant
  • Amer
  • Astringeant

C’est la présence de tous ces goûts qui permet de donner à l’organisme du dynamisme. Certains sont malheureusement présents en trop grande quantité dans l’alimentation quotidienne (tant pour nous que pour nos enfants d’ailleurs), quand d’autres sont totalement absents !

En occident de manière générale, nous manquons cruellement de saveur amère et astringeante. Résultat ? Beaucoup de cholestérol. Cela est d’autant plus dommage que les aliments amers ont des effets prouvés sur le foie et parfois même sur le cerveau.

Quant au goût de type astringeant, si tu te demandes concrètement comment  il se manifeste dans ton assiette, je te répondrai : par une sensation tanique. Et non, qu’on se le dise tout de suite, je ne suis pas entrain de t’inciter à boire les vins rouges avec le plus de tanins possibles. Mais plutôt de te recommander des fruits comme les framboises, le citron ou des légumineuses type lentilles ou pois par exemple. 

Pourquoi suivre une alimentation ayurvédique ?

Tu te dis peut-être : très bien, ça a l’air de tomber sous le sens tout ça ! Mais si je me lance dans une alimentation basée sur l’Ayurvéda, j’y gagne quoi ? Voilà quelques bénéfices concrets que tu peux espérer observer au bout de quelques semaines à peine :

  • Perte de poids de 2 à 4 kg
  • Regain d’énergie : tu vas manger en fonction de ton métabolisme
  • Retour de la pleine santé
  • Exotisme dans l’assiette : la cuisine ayurvédique se compose de beaucoup de couleurs. C’est à la fois agréable pour les yeux et ludique pour nos bambins.
  • Une alimentation sans toxines qui sont extrêmement néfastes pour la santé.

Je me répète, mais je préfère que ça reste en tête. Il est essentiel pour ton épanouissement en tant que femme et maman, ainsi que pour le bien être de tes enfants, d’être bien dans son corps. Et pour cela, une des clés est et reste l’alimentation. En attendant de te retrouver sur le blog, n’hésite pas à télécharger ton cadeau gratuit et à rejoindre les VIP pour accéder à encore plus de conseils et de contenus. À très vite !

Retrouvez moi sur pinterest

Partager cet article